Vers la fin des immeubles de bureau, l’après COVID

L’immobilier de bureau compte parmi les secteurs fortement impactés par la crise sanitaire mondiale. La pandémie de Covid-19 oblige effectivement les grandes entreprises à réduire les espaces de travail dédiés à leurs salariés et à encourager le télétravail. Et on se demande si on va bientôt assister à la fin des immeubles de bureau ou si on va passer à un autre concept.

Chiffres-clés du marché bureaux en Europe au troisième trimestre 2020

En se référant aux chiffres-clés du marché bureaux en Europe au troisième trimestre 2020, il a été constaté que les taux de vacances dans les 15 principaux marchés européens ont connu une hausse moyenne de 5,9%, soit +40 points de base comparés à l’année 2019.
Mis à part cela, il y a eu aussi une diminution des valeurs qui prime de l’ordre de 1 à 3% en Europe sur l’année et une baisse de -45% des volumes d’investissement en immobilier commercial.
Par ailleurs, il y a eu également une chute de la demande placée de bureaux dans les marchés européens, dont : -12% à Amsterdam, -32% à Dublin, -34% en Allemagne, -46% à Paris et -48% à Londres. Enfin, +10 points de base d’augmentation des rendements seulement ont été relevés pour les bureaux prévus pour 2020.

Résultats des sondages sur le télétravail

Pour ce qu’il en est du télétravail, ni les entreprises ni les salariés ne souhaitent passer au full remote. Et même les grands groupes qui ont été tentés par le 100% à distance ont fait machine arrière afin de préserver la cohésion d’entreprise, la motivation, l’onboarding, …
D’après les sondages, 59% des salariés pensent que cette dispersion géographique serait une réelle menace à la diffusion de la culture de l’entreprise. Puis, 38% des actifs souhaitent regagner le rythme présentiel pré-confinement.
65% avouent que ce développement permet aux salariés de vivre où ils le souhaitent et 32% évoquent les conditions matérielles du lieu de travail comme motivation de retour au bureau. Enfin, 32% étaient aussi favorables à un entre-deux et 31% confirment l’envie de revoir leurs collègues.

Des espaces hybrides et fluides pour le futur

En outre, le futur serait donc aux espaces hybrides et fluides. Il ne s’agirait pas uniquement de trouver un équilibre entre travail à distance et travail sur place. Il va falloir créer des espaces polyvalents plus conviviaux, plus productifs et plus modulables.
C’est d’ailleurs ce qu’Eric Siesse, le Deputy Managing Director, Head of Lettings, BNP Paribas Real Estate Paris, tente d’expliquer en disant : « L’immeuble de bureaux conservera une place centrale, j’en suis convaincu, mais il s’apparentera de plus en plus à un hôtel d’activités transverses et modulables que le coworking et le travail à distance viendront simplement compléter ».

Laisser une réponse

Navigate